Purificateurs d’air : quelles obligations pour les lieux accueillants des enfants ?

Quelles sont les obligations pour les lieux accueillants des enfants ?

Différentes études l’ont prouvé, la qualité de l’air intérieur peut impacter, plus ou moins gravement, la santé des enfants. Irritation des voies respiratoires, diminution des capacités scolaires, ou inhalation de substances cancérigènes, certaines substances sont à surveiller pour préserver les plus jeunes de ce type d’affections.

Formaldéhyde, benzène et CO2, sont les trois principales substances dans le viseur du législateur. Purificateurs d’air, systèmes d’aération, concrètement, que faut-il faire ?

Une étude impulsée par le Ministère du Développement Durable a confirmé la nécessité de surveiller la qualité de l’air intérieur et l’état des systèmes d’aération des établissements accueillants du public sensible.

En conséquence, la loi Grenelle 2 impose une obligation de surveillance de la qualité de l’air intérieur pour les établissements d’accueil collectifs d’enfants de moins de 6 ans, les centres de loisirs, les établissements d’enseignement ou de formation professionnelle du premier et du second degré. L’entrée en vigueur de la loi s’étale de 2015 pour les premiers à 2023 pour les derniers.

Si la loi oblige à la surveillance, elle n’impose pas encore l’utilisation d’un purificateur d’air dans les intérieurs des établissements recevant du public sensible.
Pour autant il peut être pertinent, en plus des procédures de surveillance de la qualité de l’air et de l’état de système d’aération, de mettre en place des dispositifs épurateurs visant à neutraliser les particules nocives. C’est la promesse des purificateurs d’air et de plus en plus d’établissements accueillant des enfants s’en équipent.

Avec la loi grenelle et un purificateur d’air, on peut, dans le même temps, prévenir et guérir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *