Qualité et Purificateurs d’air intérieur

Un enjeu sanitaire pour la législation du travail !

Selon l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) les populations des climats tempérés passent 85% de leur temps dans des espaces intérieurs : domicile, travail, transport, etc… De quoi s’intéresser à la qualité de l’air qui y circule !

Les purificateurs d’air ont de quoi aspirer à plein régime si l’on considère les différents types de particules et de polluants qui peuvent rendre nocif l’air intérieur. Il en existe trois principaux types, toujours selon l’ANSES : les polluants chimiques, les bio contaminants et les polluants physiques ; qui peuvent être contenus dans les matériaux d’un bâtiment, d’un mobilier, dans les appareils de combustion, provenir de polluants extérieurs ou encore des modes de vie.

Si un purificateur d’air semble pertinent dans ce contexte, il est également indispensable de respecter la législation du Code du Travail en la matière.

De la même manière que pour les établissements recevant du public sensible, un employeur a des obligations pour faire face à cet enjeu de santé publique.
L’employeur est le garant de la sécurité de ses salariés au travail, et de leur santé.
Concernant la qualité de l’air, il doit leur garantir un air sain, sans température trop haute ni trop basse, ni odeur désagréable, ni effet de condensation due à l’humidité. Il a l’obligation de maintenir un volume d’air minimum et garantir un seuil de renouvellement de l’air. Les volumes varient en fonction des typologies de locaux : « à pollution non spécifique », « sanitaires » ou « à pollution spécifique ».

Si la législation impose ainsi des objectifs à l’employeur, il doit alors mettre en place les moyens nécessaires pour capter les substances dangereuses et s’assurer que leur concentration restent en-deçà des seuils fixer par le Code du Travail. Il peut, entre autres, équiper ses locaux de purificateurs d’air.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *